Menu
Vignette

Béa Johnson, la reine du zéro déchet

Publié le 23 juin 2017 dans Green Life

Si vous vous êtes un petit peu intéressés au mode de vie zéro déchet, vous avez très certainement déjà entendu parler de Béa Johnson. Cette française, installée aux États-Unis, est l’auteur du best-seller Zéro déchet. Son mari, ses deux enfants et elle ne produisent pratiquement plus de déchet (moins d’un bocal par an) depuis 2008.

(Crédits photos : Béa Johnson)

Après voir connu une vie faste à l’image du rêve américain (et son opulence donc), Béa Johnson a été contrainte de déménager, et laisser ses affaires dans un box quelques temps. Elle s’est alors rendu compte que seul l’indispensable lui suffisait. C’est le livre qui m’a ouvert les yeux et communiqué l’envie de faire de mon mieux pour vivre ma vie différemment. Je ne souhaite pas me résumer à ma consommation. Une vie riche d’expériences et de voyages, voilà la vie que j’espère vivre et que je m’efforce chaque jour de suivre. D’ailleurs, je vous parlerai prochainement de compensation de l’empreinte carbone pour les voyages.

Avec Monsieur l’amoureux, nous sommes convaincus que les différents voyages que nous avons déjà eu la chance de pouvoir vivre ensemble nous ont fait grandir différemment. Nous partageons un tas de souvenirs fabuleux alors que nous voyageons avec le stricte nécessaire (un sac à dos chacun et une gourde en inox). Aucun superflu dans nos bagages. Nos voyages sont uniquement tournés vers l’expérimentation, les visites et les découvertes.

L’idée de Béa Johnson consiste à posséder moins, pour être plus léger et faire de belles économies. Savoir consommer sans produire de déchet. Être en mesure de s’équiper peu mais durablement, et surtout, déborder d’ingéniosité pour donner plusieurs fonctions à un même objet. Sa théorie se résume facilement en 5 étapes : Refuser, réduire, réutiliser, recycler et enfin composter. Sa maison est exactement comme je l’imaginais en parcourant mon livre de poche. Une maison zéro déchet épurée, blanche et très lumineuse. J’aime beaucoup son habitation. J’adorerai être capable de me délester autant. Le ménage doit être rapide, afin de privilégier les expériences en famille à l’extérieur de la maison.

Depuis la lecture de son livre, je refuse systématiquement les dosettes d’échantillons, les publicités dans notre boîte aux lettres et je me suis désabonnée de bon nombre de newsletters. Elles sont peu lues faute de temps, mais polluent beaucoup en terme de stockage, d’envoi tout en poussant à la consommation. Il est difficile de mettre en pratique tous les conseils de Béa Johnson du jour au lendemain. La réduction des déchets est un très long chemin. On essaie, on expérimente, on s’adapte également. Il y a une petite idée notamment à laquelle j’ai du mal à adhérer. Béa Johnson conseille de refuser les tickets de caisse afin de ne pas les rapporter à la maison et ainsi ne pas générer de déchet. Mais si le ticket existe c’est que le déchet a déjà été créé. Peu importe qui le jette, non ?!

Quoiqu’il en soit, c’est un très bon livre pour ouvrir les yeux sur une société de surconsommation à laquelle chacun de nous participe. Il suggère quelques bonnes idées, faciles à adopter, et qui vont réellement changer la donne. D’autres sont plus compliquées. J’ai souhaité m’abonner dans une bibliothèque municipale et aux Champs Libres à Rennes pour ne plus acheter de livre. Mais lorsque je m’y suis rendue, j’ai constaté que ma bibliothèque à la maison était beaucoup plus fournie et récente que là-bas. J’avais proposé d’offrir plusieurs ouvrages que j’avais reçu en service presse pour le blog afin de les partager avec d’autres. Impossible. Les bibliothèques refusent les dons afin de pouvoir renouveler leur enveloppe de crédit annuel.

En résumé, il faut savoir faire la part des choses. Il y a des idées à prendre et d’autres à laisser. Mais je vous recommande vraiment le livre Zéro déchet et le blog Zero Waste Home comme point de départ. C’est une super idée de cadeau à véhiculer autour de nous également !

L’avez-vous déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Bisettes !

Commentaires

  • Juliette dit :

    Pou les tickets de caisse il faut peut être le voir comme un acte de résistance dans le sens où si tous le monde le refuse à force ils demanderont avant de l’editer si le client le veut va savoir ^^

    • Lalouandco dit :

      Aaaaaaah peut-être bien 😉. Dans ce cas, d’accord !! Je le refuse systématiquement dans les stations service et les distributeurs de banque. C’est vrai que l’on devrait avoir le choix.

  • gwen dit :

    si tu as une cheminée ou un poèle tu peux les garder pour les bruler!! pour les livre dans notre commune et dans d’autre également il y a des emplacement avec des livres à disposition tu prend si cela t’interresse et tu remet quand tu as fini!! c’est plutot sympas comme idée je trouve

  • bons plans seniors dit :

    Bonjour,je pense que c’est une bonne idée .Merci pour l’info

Laisser un commentaire

Fermer la popin Abonnement à la newsletter
Fermer la popin