Menu
Vignette

Distinguer les principaux labels BIO alimentaires

Publié le 27 novembre 2017 dans Green Life

Mieux consommer passe d’abord par une phase d’apprentissage. Apprendre à distinguer les labels dans un premier temps. Comprendre que tous les labels ne se valent pas dans un second temps. Certains sont parfois le produit d’une équipe marketing, et en tant que consommateur, on ne le sait pas forcément. Dans l’agriculture biologique, il y a un cahier des charges à respecter. En fonction de certaines exigences, vous « montez en gamme ». Beaucoup considère que le label européen n’est pas suffisamment exigeant car il fait en sorte de limiter les conditions pour ne pas peser trop lourdement sur les producteurs. Les pionniers du bio vous recommanderont probablement des labels plus exigeants comme Nature & Progrès ou Demeter.

Que garantissent le label AB et le label européen ?

Le label AB est français et a été créé en 1985 par le Ministère de l’Agriculture . Il est désormais facultatif. Il garantit les mêmes règles que le label européen (la feuille verte). En effet, l’utilisation des engrais chimiques de synthèse, de pesticides et de produits phytopharmaceutiques sont strictement interdits. Les cultures ne peuvent pas être traitées après la récolte. Le bien-être animal est pris en considération. Ainsi, l’animal doit être élever en plein air ou dans des pâturages. Il doit être nourrit avec une alimentation bio, produite localement. L’environnement est la priorité. Préserver la planète et les ressources naturelles est au cœur de l’agriculture biologique.

Ces deux labels garantissent que l’on respecte la fertilité des sols. La préservation d’une biodiversité fait également partie de leur charte. Pour obtenir ces deux certifications, une denrée alimentaire transformée (ex. : confiture) doit être composée d’au moins 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. C’est la raison pour laquelle nous avons entrepris de faire nos courses chez Biocoop. Contrairement aux grandes surfaces alimentaires, ils exigent 100% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Demeter et Nature & Progrès, deux labels pionniers du bio

Demeter est l’une des premières certifications de l’agriculture biologique à voir le jour en 1924. Son but est de favoriser « une plus grande biodiversité des sols et renforcer la santé des plantes (…) en accord avec les lois du vivant » (Rudolf Steiner). En résumé, elle certifie les produits issus d’une biodynamie, qui soignent la terre, régénèrent les sols et permettent l’intégration des animaux. C’est une pensée globale. Il faut d’abord obtenir la certification bio européenne pour pouvoir prétendre à ce label.

Nature & Progrès a été créé en 1964. Il s’agit de l’une des plus anciennes organisations du bio en Europe. Son premier cahier des charges a été instauré en 1972. Ce label prône des valeurs complémentaires à l’agriculture biologique qui tendent à valoriser la vie paysanne et locale. De manière générale, c’est la certification la plus exigeante. Curieusement, je tombe régulièrement sur des petits producteurs qui sont certifiés Nature & Progrès. Leur cahier des charges bio est réputé pour être le plus strict. Lorsque j’ai le choix, c’est le label que je privilégie.

Bio-cohérence, le nouveau label bio

Bio-cohérence est un label récent, créé en 2010. Ils regroupent des acteurs du bio comme la Biocoop ainsi que des producteurs et consommateurs. Il a vu le jour, en raison de l’inquiétude suscitée par la réforme du règlement européen sur l’agriculture biologique, entérinée en 2009. Cette certification requiert les mêmes exigences que le label AB tout en prenant en compte l’impact social et économique.

differencier les labels bio alimentaires (photo Rachael Gorjestani)

Manger de saison, et cuisiner un maximum permet de toute évidence, d’être un peu moins exposer aux pesticides. Privilégier une alimentation orientée vers l’agriculture biologique, permet de s’en éloigner encore plus. Le vin et le thé sont régulièrement pointés du doigt en ce moment. Personnellement, j’essaie de privilégier des petites marques commercialisées à la Biocoop car ils sont vraiment exigeants vis-à-vis des produits qu’ils sélectionnent et au plus près des petits producteurs. De manière générale, j’exige au minimum le label AB en plus du label BIO européen pour les produits bio que nous consommons.

Qu’en pensez-vous ? Faites-vous confiance aux certifications ? Est-ce un critère d’achat pour vous ?

Pour aller plus loin :

Le mémo des logos environnementaux (Ademe)

Les logos environnementaux sur les produits (Ademe)

La bio en questions (Livret Bio consom’acteurs)

Etude UFC-Que choisir : Fruits et légumes bio : les sur-marges de la grande distribution

Bisettes !

Commentaires

Laisser un commentaire

Fermer la popin Abonnement à la newsletter
Fermer la popin